La visualisation créatrice pour gérer ses émotions, on s’y met ?

Utilisée en Yoga Nidra et dans les techniques de développement personnel, la visualisation créatrice fait autant d’adeptes que de sceptiques. En effet, comment croire qu’en pensant très fort à quelque chose, cela arrivera. Dans les meilleurs films de science fiction, on se laisse prendre au jeu mais ici, là, dans notre réalité, quand chaque matin, on se lève pour aller prendre le métro et travailler sur des reportings ennuyeux toute la journée, en quoi cela peut nous aider ? On a beau espérer, cela n’arrive pas !

Avant de tous nous énerver sur le sujet, prenons le temps de définir ce qu’est cette technique de visualisation  et comment elle peut créer des changements positifs dans nos vies.

Qu’est-ce que la visualisation créatrice ?

C’est une technique de programmation du subconscient pour favoriser l’arrivée d’événements espérés dans notre réalité. Il s’agit de visualiser, de ressentir et de vivre  pleinement via tous nos sens ce que nous désirons afin d’activer certaines régions de notre cerveau. Le but ?  Lui faire croire que tout cela est vrai. En effet, celui-ci ne fait pas la différence entre une situation réellement vécue et une situation imaginée. Nous pouvons donc duper notre cerveau et l’impacter physiquement du fait de sa plasticité. Incroyable, non ? Et ces découvertes sont très récentes. Cela veut dire que ce que nous projetons avec une certaine teinte émotionnelle ( joie, stress, peur) agit sur notre cerveau… que ce soit positivement ou négativement. C’est un outil intéressant pour la gestion de certaines situations compliquées comme la prise de parole en public, le stress en réunion, la peur de l’avion etc…

En préparant notre cerveau à accueillir une situation à priori stressante de manière plus calme (en t’imaginant gérer ta réunion, parler en public de manière totalement à l’aise…), il sera plus serein quand elle se produira réellement. En effet, le cerveau aura l’impression d’être “en terrain connu” et le message qui lui sera envoyé sera positif : comme un logiciel, c’est comme s’il recevait l’info  “Déjà vu, je gère = je suis totalement à l’aise”, ainsi les émotions et le comportement qui en découlent ne seront donc pas en mode panique. Mais pour en arriver là, il faut de l’entraînement ! Il s’agit de s’y entrainer tous les jours pendant au moins 21 jours, le temps de créer une nouvelle habitude via des chemins neuronaux qui formeront de nouvelles réponses aux situations.

 

♦ Dans quelles situations l’utiliser ?

Cette technique est utilisée par les plus grands athlètes en préparation mentale, une sorte d’entraînement à un muscle un peu particulier : leur cerveau.  Tout comme leur corps, ils s’entraînent chaque jour mentalement en se projetant. Un vrai focus !

Pourquoi ne pas essayer pour gérer les moments émotionnellement compliqués que l’on rencontre tous, petits et grands ? Je suis une grande émotive et la prise de parole en public est une épreuve terrible pour moi : je rougis, les mots filent de manière erratique, je transpire…mon ventre se retourne littéralement. Pourtant, il faut bien passer par là pour présenter ce que l’on fait, “pitcher” comme on dit. J’ai donc beaucoup pratiqué cette visualisation que j’ai appris en sophrologie. Tout n’est pas comme je le souhaite (le perfectionnisme, on y viendra…) mais je gère de mieux en mieux.

La première étape est donc de détecter les situations qui sont de grandes vagues émotionnelles, puis, chaque jour, pratiquer la visualisation. Et voici comment ?

visualisation créative

♦ Comment commencer les séances de visualisation ?

Prenons l’exemple de la réunion qui te stresse car tu dois présenter des chiffres importants à ton boss. Au calme, le soir avant de te coucher, allonge-toi et ferme les yeux. Doucement, tu vas commencer à contextualiser la situation à fond en suivant ces étapes :

  • Où te trouves-tu ? Exemple : dans ta salle de réunion, tout est calme, tu vois la fenêtre, les crayons et ordinateurs… Sois très précis dans les détails.
  • Qu’entends-tu ? Des collègues parlent, l’horloge tourne, les gens pianotent sur le clavier ?
  • Quelles sont les odeurs ? Le café du matin ? Tu sens les chouquettes amenées par Hervé de la Compta ?
  • Que ressens- tu ? Tu es bien, tu te sens en confiance, tu es dans une pièce « safe ».

Une fois l’environnement sécurité, tu peux imaginer que tu réalises ton objectif :

  • Tu t’imagines prendre la parole et que tout se passe bien : tout est bien structuré, tu peux t’exprimer comme tu le souhaites. Ton coeur est calme, il ne s’emballe pas. Tu es posé et sûre de toi.
  • Tu as toute l’attention du boss qui te pose des questions. Et tu sais quoi, tu gères ! Tu y réponds car tu as super bien préparé ta présentation. Tu te sens ancré, tu ressens des racines sous tes pieds qui te permettent d’être pleinement là. Tu ne veux pas fuir ! 

 

Conclusion : il est important de terminer cette visualisation en étant fier de toi. Tu as réussi, you did it ! Inonde ton corps de fierté, de bien-être et de confiance en toi. Toutes les cellules de ton corps, remercie-les de t’avoir accompagné dans cette expérience. Un mot est important : la bienveillance envers soi-même.

À pratiquer tous les soirs, comme un entraînement afin de préparer ton cerveau à être un athlète de haut niveau de toutes les situations “à risque”.

-> Outil utile : le livre de Shakti Gawain Techniques de visualisation créatrice.

 

visualisation

 

♦ Comment accompagner les kids grâce à la visualisation ?

Pour les petits, c’est exactement la même chose. Je m’explique, si une peur pointe son nez  – un changement de classe, une présentation à faire, un voyage qu’il va faire en colonie… – mets en place avec lui ce rituel du soir en mode jeu.

Propose-lui de devenir un réalisateur de film et guide-le dans son processus imaginaire :

  • Que vois-tu ? Joue avec lui en lui posant des questions : “ Est-ce que tu vois la maîtresse, elle sourit il me semble, non ? “
  • Que ressens-tu ? “ On est bien, non ? “, pose des questions sur les sensations du ventre, des mains, du corps, la température corporelle…
  • Quelles sont les odeurs ? « J’ai l’impression que ça sent le pain chaud, le chocolat, mmmmm ! »
  • Pour les sons, idem, joue avec lui et pose des questions : “Est-ce que tu entends tes amis qui t’applaudissent pour ce super exposé que tu as fait ? “. Tu peux aussi mettre une musique relaxante. Comme un ancrage, elle facilite l’appropriation du positif.
  • Laisse-le décrire et mimer ce qu’il voit avec tous les détails, même les plus farfelus, c’est là que cela commence à fonctionner !

Pour conclure : il est possible que certains kids dessinent pour matérialiser cette préparation mentale et émotionnelle. Encourage-le mais rien est obligatoire !

→ Outil utile pour toi !

Voici un épisode de Même pas peur ! , la websérie de Gulli et Panda Family. Tu y trouveras une explication guidée de la visualisation pour aider les enfants à se sentir bien pour l’école et à appréhender le changement. À regarder ensemble avant de pratiquer !

 

Laure G.

 

Retour
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!